Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/08/2008

A la recherche de la bouillie bordelaise

 

Je suis certainement une guerre en retard (la preuve que je ne l'utilise pas à tort et à travers), mais je viens d'apprendre, après avoir fait six jardineries durant les jours précédents pour trouver de la bouillie bordelaise, qu'elle n'est plus en vente libre en Belgique depuis le début de cette année.

Après avoir effectué quelques recherches (et notamment sur le site de l'émission Jardins & Loisirs dans une émission du 10 février de cette année), il semblerait  que la bouillie bordelaise a été placée dans la classe B, qui reprend les produits non soumis à la vente libre.  De ce fait, on ne la trouve plus dans les centres de jardinage ou de bricolage.  Toute jardinerie qui veut la vendre doit maintenant détenir l'agréation pour le faire.

Voilà qui ne nous avance pas.  Tous mes coups de téléphone aux jardineries de ma région restent sans succès.  J'ai demandé ce qui remplaçait ce produit, et on m'oriente simplement vers les produits chimiques, qui sont bien sûr plus onéreux et ... ultra-chimiques.

Etiez-vous au courant que ce produit avait pratiquement disparu des rayons ?  Savez-vous où l'on peut s'en procurer (pour un usage raisonnable, c'est promis) ?  Utilisez-vous autre chose d'aussi efficace ?  Je l'utilise presque exclusivement sur les rosiers et les fruitiers.  La situation est-elle différente en France ?

Voilà autant de questions que je me pose.  Toutes vos remarques et suggestions sont les bienvenues.  Merci d'avance !

* * *  

Mise à jour le 27 août :

Merci pour tous vos commentaires.  J'ai finalement trouvé cette fameuse bouillie aujourd'hui dans une droguerie, qui elle possède bien l'agréation pour vendre ce type de produits classés 'non-inoffensifs' et maintenant réclamée par la loi belge.   Le vendeur était au courant du changement de la législation et m'a confirmé que toutes mes infos sont en effet exactes.  Il en vend d'ailleurs beaucoup plus qu'avant. 

30/04/2008

Mon érable à l'agonie

e573ddd29b57bf6ce6ad7d9c8d0ddc9c.jpgQuelle catastrophe ! Mon bel érable pourpre, Acer palmatum atropurpureum, est en train de rendre l'âme. Il a dix ans et a donc atteint sa taille adulte.  Cela a commencé fin de l'été dernier quand le bout de certaines branches ont commencé à perdre leurs feuilles et à se dessécher.  J'ai mis cela sur le compte de la sécheresse.  Puis l'automne est venu, l'arbre a perdu ses feuilles, quoi de plus normal, mais maintenant on voit que les dégâts ont progressé durant l'hiver.

Mais l'arbre vit toujours et il fait même de petites pousses sur le tronc comme s'il essayait de refaire de nouvelles branches.   

On m'a dit qu'il s'agissait probablement de la fusariose et qu'il fallait tout abattre, retirer toute la terre et ne pas replanter d'érable à cet endroit.  Mais je ne peux me résoudre à abattre mon érable car j'ai toujours l'espoir de le voir se rétablir vu les petites branches qui ont l'air de pousser. Pour l'instant la seule alternative que j'entrevois est de couper tout ce qui est mort et de voir comment l'arbuste se comporte pour la suite.  J'essaierais bien même de planter un second érable juste à côté, histoire de voir s'il va pousser et combler le vide que la moitié morte a créée.

Quel est le problème et que faire ?

04/04/2008

Cochenilles et bud blast : les insectes attaquent !

Dire que je suis passée plusieurs jours juste à côté sans rien remarquer.  Moralité : lorsqu'on fait le tour du jardin pour s'assurer que nos petites plantes se portent bien, examinons-les bien en détail afin de ne rien louper. Deux attaques bien distinctes ont eu lieu cette semaine, qui m'ont donné l'idée de vous les montrer en image afin de pouvoir mettre un nom sur les problèmes et pouvoir les traiter le plus efficacement possible.

La cochenille à carapace de l'if

2db8b35f99da932d12e8904917c3dfc7.jpg

De chaque côté de la porte d'entrée se trouvent deux grand pots, plantés chacun d'un if taillé.  Ce sont précisément dans ces deux arbustes que des cochenilles ont élu domicile.  On observe des coques brunes et bombées qui envahissent le revers des aiguilles et les tiges des ifs.  Les feuilles se couvrent d'une fine pellicule collante : le miellat.  Un champignon noir, la fumagine, s'y développe progressivement.  Il s'agit de la cochenille à carapace, Parthenolecanium pomeranicum, dont l'hôte unique est l'if.  Les femelles cochenilles pondent leurs oeufs sous leur carapace au printemps et les jeunes larves envahissent les plantes au début de l'été.  Je n'ai pas trouvé de remède bio à ce problème, et vu son ampleur, j'ai préféré pulvériser les deux ifs à l'aide d'un insecticide contre les cochenilles.

 

Bud blast du rhododendron

0dc84071c7521574cb5d770d6ea2bec4.jpg

Second problème, mais dans un rhododendron cette fois.  Il s'agit du bud blast du rhododendron.  On observe que les boutons floraux brunissent et se dessèchent.  Ils peuvent rester plusieurs années sur la plante et se couvrent en surface de nombreuses fructifications noires, sous forme de petits 'clous', qui portent des spores.  Boutons malades et boutons sains se développent souvent côte à côte.  Les feuilles et les tiges restent saines et la croissance de la plante n'est pas affectée.  Ce champignon, Pycnostysanus azaleae, est véhiculé par la cicadelle du rhododendron quand elle pond ses oeufs dans les écailles des boutons en hiver.  Les cicadelles adultent émergeront des boutons en juillet-août.  Elles mesurent 8-9 mm de long, sont vert bleuté avec deux rayures orange sur chaque aile antérieure.  On luttera contre ce problème en prélevant et jetant les boutons contaminés dès que possible, avant l'éclosion des cicadelles.  On peut toujours tenter de combattre les cicadelles, mais c'est assez inefficace et elles ne tarderont pas à réapparaître.