Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/11/2010

Le petit billet de Gwenaëlle

Quelle pluie et quel vent aujourd'hui ! Des bourrasques incroyables et on annonce le pire pour cette nuit, des vents allant jusqu'à 100 km/h !  Brrrrr...

Restons bien au chaud, près d'une petite flambée, pour lire le billet de ma copine Gwen.  Les fruitiers, voilà bien un sujet dont j'ignore tout.  Ton article tombe à point, Gwen !

* * * * * *

Bonjour,

Tout d'abord, je tiens à m'excuser de mon absence ces derniers temps ! Me voilà bien en retard avec mes petits billets ;-)  Je vais me rattraper, c'est promis !!

Comme chaque année, je me suis rendue à la foire aux plantes de Lasne dont le thème principal était les arbres fruitiers. Et comme les fruitiers et le mois de novembre sont associés, je vais vous faire un petit compte rendu des informations glanées.

IMG_6429.JPG

 Stand lors de la foire aux plantes de Lasne

Habitant près de Gosselies, la qualité des fruitiers est, pour moi, intimement, liée au savoir-faire des frères Chotard. Enfant, je passais souvent devant leur pépinière aux longues allées, au milieu desquelles travaillait un cheval. C'est toujours avec un petit pincement au cœur que je me rends au centre commercial ayant pris la place de cet espace vert. Dans 'La Libre essentielle', André Chotard nous livre quelques conseils via la plume de Marie-Pascale Vasseur et Marie-Noëlle Cruysmans.

1. La pollinisation

Comme tout le monde le sait, la pollinisation est une étape essentielle. Mais il existe des exceptions ... et certains fruitiers sont auto fertiles et n'ont pas besoin d'aide pour donner des fruits. Une aubaine pour les personnes ayant, par exemple, un petit jardin ! Voici quelques espèces auto fertiles :

  • Prunier: Mirabelle de Nancy (par ailleurs excellente pollinisatrice) ou l'Altesse simple ou encore la Queen Victoria (le goût peut laisser à désirer).
  • Poirier: Conférence
  • Pommier: James Grieve
  • Cerisier: Early Rivers qui porte des cerises, appelées guignes, à la fin juin.

En ce qui me concerne, par précaution, j'ai acheté un fruitier pollinisateur, à savoir la variété de cerisiers 'Lapin'. J'espère avoir fait le bon choix ! Wait and see ...

2.  Fumure

Il est essentiel d'apporter de la nourriture à nos amis, les arbres. Voici les conseils d'André Chotard

  • Dans un grand trou de plantation (1m³ au mieux) mettez au fond 2 kg de scories potassiques et en surface une belle brouette de fumier. Si nécessaire, optez pour le fumier en granulés déshydratés. A la terre de jardin, ajoutez encore une brouette de compost fait maison ou de type secret vert ou or brun.

Avec ce régime, vous aurez la paix pour deux ou trois ans !

  • Puis chaque année au printemps, ajoutez par arbre 2 kg de Viano à base de sang desséché et d'os moulus ou tout autre composé organique.
  • A l'automne, un engrais complet à base de scories potassiques. Si vous avez une barre à mine, faites plusieurs trous dans le sol autour de la couronne. Sinon, un petit coup de bêche sera impératif pour creuser un trou d'environ 30 cm de profondeur. C'est là que la potasse doit opérer. Votre verger aura enfin trouvé son rythme de croisière!

Entre nous, il y a du boulot !!

3.  Le sol

Une terre argileuse, argilo-limoneuse est recommandée. Sans oublier, qu'un arbre a besoin d'au moins 5 heures d'ensoleillement. Il est apparemment difficile de planter un verger dans un sol sablonneux ou calcaire.

Il est important de souligner que tout le savoir des frères Chotard (fruitiers palissés) a été repris par les Pépinières d'Enghien à Petit-Enghien. Vous trouverez des informations sur leur site internet : www.pepinieredenghien.be. Eux aussi ont des préférences en matière de fruitiers, à savoir ; 'Melrose' en pomme, 'Beurre Superfin' en poire, 'Reine Claude Dorée' en prune, 'Kordia' en cerise et 'Fertile de septembre' en pêcher, ...

Quant à Gwen, elle devait remplacer trois pruniers, au bout du rouleau. J'avais opté pour les prunes 'Reine Claude Crotté' et j'ai lu dans les divers conseils qu'elle était très exigeante au niveau de la pollinisation et très sensible aux maladies. J'ai donc choisi une espèce auto fertile et résistante ; à savoir 'Sainte-Catherine' qui est, selon Pascal Brackelaire, la championne de la résistance et riche en saveurs exquises. Mais ce n'est pas la seule variété qu'il recommande : il pointe parmi les cerisiers : les Bigarreau Van et Tardif de Schneider, les pommiers 'Fraises', la Cwatresse Double et la Reinette Hernault, mais aussi les poires 'Triomphe de Jodoigne' et la 'Reine des Vergers' pour les pêches !

Le credo de Pascal Brackelaire, selon Mary Kenneth, est de : choisir ses variétés, tailler ses fruitiers à bon escient et amender le sol si nécessaire. Et si cela ne suffit pas à protéger vos fruitiers des champignons et des insectes, quelques recettes naturelles viendront à bout de bien des maladies.

Voilà, j'espère avoir pu donner un petit coup de pouce à tous les amateurs de fruitiers !

IMG_6450.JPG

Stand à Lasne. Petit clin d'œil au Papylou dont le nom de famille est François !

A bientôt

Gwen

14/06/2009

Framboises et gourmandises

Plantés début 2008, les framboisiers ont donné un petite récolte la première année, mais quelle satisfaction de les voir porter quantités de fruits cette année.

Ils se plaisent dans un sol léger et idéalement légèrement acide.  Point de vue taille, pas de grands discours sur les différences entre variétés remontantes et non-remontantes, je fais facile : je taille tout à 90 cm de hauteur en décembre.

090614 framboises.jpg

La majorités des plants sont de la variété 'Zefa', qui sont remontants et donneront à nouveau cet automne.  Entre-temps, on récolte, et avec Monsieur Carzan (qui adore cuisiner), on rivalise d'imagination pour préparer desserts et autres mets.

Aujourd'hui, c'était mon tour.

090614 mousse framboise.jpg

Mousse de framboises

Dans un robot, mixez finement 150 gr. de framboises fraîches avec 1 c. à soupe de sucre glace.  Ajoutez un fromage petit suisse et mixez à nouveau.  Battez fermement 75 gr. de crème à fouetter et incorporez-la délicatement au mélange.  Battez un blanc d'oeuf en neige ferme avec 1 c. à soupe de sucre glace et ajoutez-le également à la préparation.  Bien mélanger le tout délicatement. 

Ceux qui préfèrent un goût plus acide arrêteront la recette ici, les autres (comme moi) préférant un goût un peu plus sucré ajouteront encore 1 c. à soupe de sucre.

Dans le fond des raviers, émiettez une fine couche de biscuits à la cuiller et ajoutez par-dessus la mousse de framboises.  Laissez reposer au frigo.

Au moment de servir, ajoutez un peu de chantilly et un petite framboise pour la déco.

Bon appétit !

19/10/2008

Châtaigne ou marron ?

Voilà une semaine qu'il faut se protéger (ou aller très vite) en passant sous les châtaigniers, sous peine de se faire attaquer par une pluie de projectiles et de picots.  Il s'agit pourtant d'un moment très attendu : la chute des châtaignes.  Cela signifie ramasser les fruits, les peler, les congeler et confectionner pas mal de petites recettes d'automne et d'hiver : potage aux marrons, purée de marrons pour accompagner un gibier, etc.

chataigne 1.jpg

Tout d'abord, savez-vous quelle est la différence entre une châtaigne et un marron (on ne parle pas du marron venant du marronnier, mais bien du fruit du châtaignier) ?  Il s'agit simplement d'une question de forme.  La photo ci-dessus montre une bogue contenant un gros fruit bien sphérique avec un ou deux autres petits fruits atrophiés : il s'agit d'un marron.  Ce sont ces fruits que l'on utilisera pour confectionner... les marrons glacés !

Ci-dessous, une autre photo montre une bogue contenant trois fruits qui se partagent l'espace.  Ils se touchent et ont donc un côté plat tandis que l'autre côté est bombé : il s'agit d'une châtaigne.

chataigne 3.jpg

Même les desserts sont finalement de la partie puisque je vous propose ici une excellente...

Crème de marrons au rhum et à la vanille

500 gr. de châtaignes pelées, 3.5 dl lait, 125 gr. sucre semoule, 1 bâtonnet de vanille, 5 cl. rhum, 50 gr. noisettes moulues, 2.5 dl crème, 1 sachet de sucre vanillé.

 

 

Portez le lait à ébullition avec le sucre semoule et le bâtonnet de vanille.  Ajoutez les châtaignes et laissez cuire 20 à 30 minutes.  Ecrasez le tout en purée, éventuellement avec un robot, ajoutez-y le rhum et les noisettes et laissez bien refroidir.  Battez vigoureusement la crème avec le sucre vanillé et ajoutez-en les 2/3 à la mousse de châtaignes.  Mettez le reste de la crème dans une poche à douille.  Versez la crème de châtaigne dans 4 coupes et décorez de crème fraîche.

Variante : remplacez le rhum par un peu d'extrait de vanille et la crème sera un délice sur des tartines !