Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/03/2008

Un chouette nichoir

adc82fc81527ec27b97023143af22634.jpgLa chouette chevêche est une alliée de poids pour le jardin puisqu'elle est prédateur d'insectes et de petits rongeurs.  Malheureusement, l'élagage systématique des branches creuses la prive de refuge pour la nidification.  Dès lors, donnons-lui un petit coup de main afin de lui offrir un abri !

64098e8097f13377f648f7593aa8ccce.jpgS'il y a des mains bricoleuses à la maison, voici la marche à suivre afin de lui construire un petit nid douillet.  Il s'agit en fait d'une 'boîte' mesurant 70 cm de long et de 25 cm de côté.  La boîte est bien sûr fermée à l'arrière.  Prévoyez un toit débordant de 10 cm de chaque côté et au-dessus de l'entrée. Cette entrée sera constituée d'un trou de 12 cm de diamètre.  Il est important de protéger le nichoir avec une peinture ou lasure couleur bois afin qu'il se confonde aux branches. Quand la boîte est terminée, forez de petits trous dans la toiture afin d'y faire passer des fils de fer qui serviront à attacher le nichoir à la branche.  Attention, vu les dimensions, la maison fait son poids; prévoyez donc une branche assez épaisse.

On devra suspendre le nichoir à l'horizontale dans un arbre situé dans un coin éloigné du jardin à une hauteur de minimum 2 mètres, l'entrée dirigée vers le sud.  Eh oui, une chouette, ça se mérite !

59d853e37194e48787259a4179cd13ad.jpg

19/03/2008

Chasser les insectes des fruitiers

8ffc615ba61f2cf6f8b9ffa6b3723689.jpgDès maintenant, particulièrement après un hiver doux, les insectes reprennent le chemin de nos vergers et donnent l'assaut aux arbres fruitiers.

On peut bien sûr pulvériser des produits insecticides, mais par respect pour l'environnement, je préconise plutôt la lutte raisonnée, grâce à laquelle on peut obtenir des résultats très satisfaisants de façon tout à fait naturelle.  Cette méthode repose plus sur une action préventive que curative.  Voici les trois ingrédients principaux de cette méthode à utiliser simultanément pour protéger nos fruitiers.

1) Piéger les insectes rampants

Il faut éviter que les branches des arbres ne se touchent ou soient en contact avec une clôture, un mur ou d'autres plantes afin de ne pas laisser le passage libre aux insectes rampants via la ramure.  Le seul chemin possible pour ces insectes reste donc le tronc et c'est donc là, tout autour de ce tronc à un mètre du sol, que l'on posera une bande de glu (disponible en jardinerie).  Les fourmis, par exemple, se laisseront prendre au piège et quand on sait qu'elles sont grandes éleveuses de pucerons afin de récolter leur miellat, on fera d'une pierre deux coups.

2) Piéger les insectes volants

c72ddb7f2d8d50042cc6bbf65610bc07.jpgIl existe des pièges englués chromatigues, c'est-à-dire de petits panneaux de couleurs différentes qui seront accrochés dans l'arbre.  Le jaune vif, par exemple, attirera le puceron, la mouche de la cerise et l'aleurode, tandis que la couleur orange attirera la mouche de l'olivier et la mouche de la carotte.  La couleur bleue sera réservée aux thrips.  Les pièges à phéromones sont également utilisés en attirant les insectes via une hormone spécifique.  Un piège pour trois fruitiers est suffisant.

Du côté des traitements écologiques, on peut diluer 150 gr. de savon noir naturel dans un litre d'eau et pulvériser en cas d'attaque de pucerons, puis continuer le traitement deux fois par semaine.

3) Attirer les insectes prédateurs

Certains insectes utiles se régalent des pucerons et autres nuisibles.  La coccinelle, par exemple, ou encore la larve de chrysope (cette petite mouche verte fine à longues ailes) doivent être absolument préservées au jardin.  Il faudra donc leur aménager des abris afin de les attirer près de nos arbres, mais on en reparlera plus tard lorsqu'on fabriquera les nichoirs pour abriter ces petites bêtes...

 

18/03/2008

La grande toilette du jardin

2aa59ba1d3f6666e3f8a5b8e68982b85.jpgC'est le moment du grand nettoyage des plates-bandes.  Ce n'est pas ce que je préfère, disons plutôt que c'est un mal nécessaire.  Ce travail dure longtemps chez moi à cause de toutes les feuilles mortes qui n'ont pas encore été ramassées et il faut donc s'organiser afin d'étaler cette activité sur tout le mois.  Mais une fois les plates-bandes nettoyées, tout a déjà l'air beaucoup plus joli. 

L'essentiel est de retirer les feuilles mortes qui avaient été laissées à l'automne afin de préserver du froid les pieds sensibles des plantes.  Mais maintenant, les feuilles pourrissent et il faut absolument les retirer afin de ne pas provoquer de maladies.  On retirera les mauvaises herbes qui ont survécu à l'hiver et on passera également la griffe afin de décompacter la terre, aérer le sol et le préparer ainsi à recevoir les engrais.  Quant aux feuilles récupérées, on les ajoutera au compost.  A ce sujet, je vous renvoie vers un article très intéressant écrit par Patrick sur son blog Jardin-obigies, qui nous explique comment le préparer.

70c25cdde903c3fb5c1f3c3bf7ddaed5.jpgOn profitera de ce nettoyage pour redessiner les bords de la pelouse à l'aide d'un coupe-bordure.  Ce petit outil fait vraiment des merveilles, permettant un travail précis et soigné.

Une fois le nettoyage terminé, on peut alors procéder à l'épandage d'un engrais adapté à chaque type de plante.  On l'enfouit superficiellement à l'aide d'un trident pour faciliter l'absorption par le sol.

Et voici notre jardin prêt pour entamer la belle saison et nous offrir un spectacle de floraisons sans cesse renouvelées.