Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/09/2013

Great Dixter (2ème partie)

Merci à ceux et celles qui ont participé à cette discussion très intéressante de la note précédente.  Voici avec un peu de retard, la seconde partie de la visite de ce jardin qui ne laisse pas indifférent.  Enjoy !

P1150365.JPG

Une de mes préférées !  De la structure, adoucie par le feuillage de la graminée, et des contrastes marqués comme j'aime.  Je reconnais un Lonicera nitida 'Baggesen's Gold' sur la droite.  Mais quelle est cette plante structurale à l'avant-plan ?

P1150367.JPG

Le mystère des plates-bandes anglaises, où l'on n'hésite pas à associer le rose vif à l'orange.  Et cela fonctionne.  Mais pas sûr que je le ferais chez moi...

P1150372.JPG

Le printemps est la période des myosotis associés aux tulipes à cet endroit, mais en ce  mois d'août, l'escalier est pris d'assaut par des plantes résistant à la sécheresse de l'été.

P1150376.JPG

Nous voici dans le jardin exotique.  Très luxuriant et débordant de végétaux.   Nous étions comme dans un petit labyrinthe.

P1150377.JPG

Celle-ci ne se trouve pas dans mes coups de coeur.  J'ai du mal à accepter cette herbe non tondue, qui donne une impression trop grande de laisser-aller quand on contemple la scène de près.

P1150380.JPG

Mais vu de loin, c'est déjà tout de suite plus beau.  Cela dit, je préfère nettement le gazon tondu.  Peut-être l'herbe est-elle fleurie en début de saison ?

P1150384.JPG

La fin du parcours au sein de ce jardin qui nous auras remués est plus classique, plus en ligne avec mes attentes.

La semaine prochaine, retour en Belgique avec des photos du jardin !

15/09/2013

Great Dixter (1ère partie)

Lors de notre escapade dans le Kent début août, nous n'avons évidemment pas pu faire l'impasse sur la visite du jardin de Christoper Lloyd.  S'il y avait un jardin que je voulais visiter, c'était bien celui-là.  Tant et si bien que je l'avais mis en dernier sur notre circuit afin qu'il ne vienne pas éclipser les autres et que la visite des jardins se fasse crescendo.

P1150337.JPG

Nous débutons notre visite par le 'Sunk Garden', le 'Jardin Noyé'.  Comment décrire l'opulence qui se dégage de cet endroit ?  La nature y règne en maîtresse.  Tout est planté très serré et l'on a du mal à se croiser sur le sentier qui fait le tour du jardin.  Néanmoins, malgré la densité des végétaux, se dégage de cet endroit une atmosphère très agréable où les associations de couleurs et de végétaux nous titillent par leur originalité. J'aime cet endroit.  Au centre se situe un bassin aquatique, qui aère l'ensemble.  Lorsqu'on est sur un côté du jardin, en hauteur, une véritable scène s'offre à nous.  Je me rendrai compte plus tard que c'est ce qui fait que j'aime cet endroit.

P1150343.JPG

Nous quittons le 'Sunk Garden', traversons un espace composé d'herbes hautes (le Meadow Garden) où l'on ne s'est pas attardé et découvrons le 'Solar Garden'.  Magnifique.  Le terme 'solaire' vient-il du fait que la plate-bande de mufliers soit en cercle ou est-ce la couleur du massif ?  Ou les deux ? Quoiqu'il en soit, je suis contente de trouver une aire gazonnée, ce sera la première de la visite, et en fait pratiquement la dernière. Car à Great Dixter, ce sont les herbes hautes qui constituent les pelouses, et ce afin d'essayer au fil des ans de ré-installer des espèces indigènes et ainsi de préserver la biodiversité.

P1150340.JPG

Chaque visiteur immortalise l'entrée du superbe manoir, qui date quand même du 15ème siècle !  Flamboyance, exubérance, originalité, voilà les mots qui me viennent devant les pots mis en scène sur le devant de la maison.  Tout est dans le superlatif.

P1150346.JPG

Nous quittons le devant du manoir pour nous diriger vers le jardin des topiaires, 'Peacock Topiary'.  Pour ce faire, nous devons passer par cet endroit, et c'est là que le doute commence à s'installer en moi. Il n'y a plus d'espace, mais une opulence incroyable et de la hauteur dans les plantations. Tout se bouscule, je ne m'attendais pas à cela. 

Avant de continuer notre cheminement et avant je ne vous livre mes impressions personnelles, je souhaite faire une mise au point importante et insister sur le fait que mon propos n'est pas de critiquer quoi que ce soit (comment oserait-on d'ailleurs le faire ?), mais de trouver des réponses.  Car voilà donc mon problème : je n'ai pas compris ce jardin.  En revoyant les photos maintenant, elles me parlent.  Mais lorsque j'étais sur place, j'ai eu en beaucoup d'endroits un sentiment d'étouffement, l'impossibilité de me situer par rapport à ce que je regardais.  Je ne suis pas très grande, c'est un fait, mais il n'étais pas possible pour moi de prendre du recul et de pouvoir admirer un scène.  Le jardin de topiaires associé aux graminées et vivaces culminant à plus de 1,50m, voire 2m, se découvre plus comme un labyrinthe.

P1150348.JPG

Et pourtant, quand on voit cette photo (c'est d'ici que j'aimais la vue, mais je n'ai pas vraiment trouvé d'autres angles) on ne peut qu'admirer et s'extasier !   Est-ce dû au fait qu'on était en août et que les herbes hautes étaient vraiment hautes, bonnes à faucher ?

P1150351.JPG

De tout le High Garden et le Orchard Garden, j'ai pris très peu de photos. Ce sont ces deux endroits qui m'ont laissée perplexe et m'ont minée pour la suite de la visite.  Plus un centimètre de terre libre et pourtant, au moins cinq jardiniers continuent de planter dans ces deux espaces. Nous passons dans d'étroits sentiers, je suis Monsieur Carzan, en file indienne, en levant les bras pour ne pas abîmer les plantes et en rasant les insectes butineurs.  Du coup, l'envie de découvrir se transforme en envie de voir la fin du sentier, pour avoir un peu plus d'espace autour de moi.  J'ai le nez sur les plantes et n'arrive pas à voir la beauté des associations.  Or, quand on voit cette photo, on admire.

Je suis tellement déçue de ne pas avoir pu profiter du jardin comme il le faudrait, je m'en faisais une joie, j'avais beaucoup d'attentes dans cette visite; mais au fil de la balade, je me sens de plus en plus frustrée et l'essaie de comprendre.  Si vous avez des commentaires pour m'aider dans cette démarche, je serais heureuse de les lire, s'ils sont constructifs.  Je répète, je ne veux surtout pas critiquer ce chef-d'oeuvre de jardin ni créer de débat stérile, mais quelle est la démarche pour le comprendre, surtout au niveau de la gestion de l'espace ?

P1150362.JPG

Arrivés à l'arrière de la maison, c'est avec bonheur, et je dirais même soulagement, que nous découvrons le Long Border, car voilà ce que j'attendais de ma visite. L'explosion des couleurs et des associations, qui est la signature de Christopher Lloyd, mais surtout, un minimum d'espace et de recul pour pouvoir admirer la scène dans sa globalité.

P1150360.JPG

Cette plate-bande est incroyablement magnifique. 

On en restera là pour aujourd'hui, la suite de la visite sera pour la semaine prochaine.  Pour ceux qui ont visité Great Dixter et qui peuvent apporter des éléments de réponse, la plume est vôtre, à condition que le dialoque reste constructif.  J'ai beaucoup hésité avant d'écrire cet article et j'espère sincèrement que ma démarche sera comprise : arriver à interpréter ce jardin.

08/09/2013

Des nouvelles du potager

En avril dernier, nous nous lancions dans des travaux pour créer un nouveau potager (cliquer ici pour accéder à l'article d'avril).  Le voici tel qu'il est en ce moment.

130908 potager.JPG

Les 6 carrés de culture sont créés.  Ils font chacun 2 mètres de côté.  Pourquoi 2 mètres ?  Tout simplement pour que deux carrés ainsi que les allées soient de la même dimension que la longueur de la serre, donc juste pour le coup d'oeil.  Les allées en petits pavés de béton sont terminées également.  Merci à mon MacGuiver préféré car il n'avait pas vraiment prévu de mener à bien ce projet cette année. 

Admirez au passage mon gazon victime du soleil estival.  Je ne l'ai pas arrosé du tout cette année, pour comparer avec les années précédentes.  Conclusion : j'arroserai à nouveau l'an prochain !

130908 légumes.jpg

Et il y a même déjà quelques légumes ! 

Il y a tout d'abord les grands succès dont de suis fière : les radis, les fenouils, les salades, le persil plat, les betteraves rouges.

Il y a ensuite les expériences plus ou moins réussies, comme les poireaux (je ne pense pas qu'ils grossissent comme ils devraient), les carottes (dont les 3/4 ont monté en graines, compromettant une bonne partie de la récolte), les choux pointus (dont certains ont servi de restaurant à des bestioles) et les endives frisées que j'aurais souhaitées plus grosses.

Il y a les échecs, comme les choux-fleurs (les choux sont là mais pas les fleurs !). 

Et puis il y a les nouvelles expériences, comme les épinards dont les feuilles grandissent, la mâche qui est encore toute petite mais qui est bien là.

Je viens également de planter des fraisiers et j'ai opté pour deux variétés : la Darselect et la délicieuse Lambada, verdict l'an prochain.

Dans la serre, les tomates sont régulièrement cueillies.  J'en ai beaucoup moins que l'an dernier.  Vu la météo et le froid, j'avais semé les plants un mois plus tard que prévu et lorsque les fleurs sont apparues, la chaleur était déjà bien présente et des fleurs ont grillé avant de fructifier.  Sur les bouquets, j'ai 2 tomates au lieu des 5 habituelles.

130908 potager 2.JPG

Sous le cerisier, je viens d'installer quelques lavandes 'Munstead', que j'avais achetées pour des 'Hidcote', mais je me suis trompée en les prenant sur le chariot.  Difficile de voir la différence, la couleur des fleurs est différente, et la RHS donne un AGM à Hidcote et pas Munstead, pourquoi ?  Si vous avez la réponse, merci d'en parler.

J'ai voulu avant tout un potager esthétique, même si cela a pour conséquence que l'on perd de la surface. 

Je me pose beaucoup de questions sur la qualité de ma terre sableuse.  Je l'ai bien amendée, mais je pense que l'an prochain je la ferai analyser pour savoir ce qu'il est est.  Ce que vous voyez est le compost, le terreau mélangés à la terre d'origine, qui elle est beaucoup plus jaune.

J'ai installé trois palissades qui doivent encore être repeintes, déménagées d'un autre endroit du jardin.  L'an prochain, je pense y faire grimper des ipomées. Entre chaque palissade doivent être installées des arches afin de marquer l'entrée des allées. Et enfin, là où j'ai dessiné des planches bleues sur la photo ci-dessus, doivent être plantées deux haies basses.  Je pense à des arbustes à petits fruits, style cassis, groseille, myrtille.  Il me sera ainsi facile d'installer des filets pour protéger les fruits des oiseaux. Cependant, on a remis ces plantations à l'année prochaine.  Il faut encore désherber les deux plates-bandes, installer des bordures, et là M. Carzan a jeté l'éponge pour cette année.  On peut le comprendre...