Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/06/2009

Démonstration de tressage de plessis

Durant la visite chez FilRoses, j'ai pu observer une intéressante démonstration de tressage de plessis.  Ce stand attirait d'ailleurs assez bien de visiteurs (surtout des femmes je dois dire ;-) et les questions ont fusé.

090606 plessis.jpg

Concernant la méthode : tout simplement enfoncer des piquets verticaux tous les 30 ou 40 cm, il seront enfoncés de 10 à 15 cm dans le sol.  Le tressage se fera au moyen de tiges d'une longueur d'environ 1,50 m.  Sur le modèle ci-dessus, Pierre-Yves Lenoir, animateur et guide nature de la Maison de la Mehaigne et de l'Environnement Rural réalise une bordure qui fera des vagues sur le dessus (bien compliqué tout cela), c'est la raison pour laquelle il commence le tressage de chaque tige en les décalant.  Pour les modèles droits, on débutera à chaque fois en début de bordure. Ni clou, ni lien ne sont utilisés

Je n'en sais pas plus pour la pose, mais Catssy vous explique tout sur le sujet dans son dernier article sur le blog Les Secrets d'Arduinna.

Je me suis surtout intéressée aux essences de bois qui pouvaient être utilisées pour réaliser ces plessis et à la meilleure époque de l'année pour couper les tiges.

090606 plessis 2.jpg

Tout d'abord le saule.  Le plessis réalisé avec du saule aura une durée de vie assez courte, 3 ans maximum.  Les tiges se récoltent durant le mois de janvier, c'est l'époque où le saule donne le meilleur de lui-même pour faciliter le tressage.

Vient ensuite le noisetier, qui est le bois utilisé dans notre démonstration.  Il est très joli car les tiges sont maculées de petit points plus clairs, typique du noisetier.  On le cueille idéalement en août, lorsqu'il est aoûté.  Notre guide nous expliquait qu'ici, comme on est début juin, le bois était encore un peu trop vert et que lorsqu'on le plie un peu trop, on sent la tige craquer.  L'aoûtage du bois lui donnera beaucoup plus de flexibilité.  Durée de vie du plessis en noisetier : 5 ans.

Une troisème essence a été évoquée : le châtaignier, le nec plus ultra puisqu'un plessis en châtaignier aura une durée de vie pouvant aller jusqu'à 15 ans.  La récolte des tiges se déroule idéalement en octobre.

C'est donc l'hiver que nos coudriers sont le plus sollicités pour effectuer des realisations.

Voilà qui m'a mis l'eau à la bouche, pas vous ?  Rendez-vous cet automne pour effectuer un essai !

Commentaires

J'ai effectué mon premier plessis cette année en noisetier, autour de pivoines, puis autour d'un rosier liane, le plus dur c'est de bien enfoncé les piquets en terre de manière à ce qu'il soit bien droit et bien en ligne. Pour faire un carré, il faut décaller les piquets qui vont former un angle droit (il en faut deux en fait) pour effectuer 2 tressages différents. (ouh la c'est plus simple à faire qu'à expliquer). Il faut se lancer, je n'ai pas trouvé l'exercice très compliqué et je n'ai pas attendu que le bois soit aoûté.
J'aime beaucoup ces bordures revenues du moyen-âge pour notre plus grand plaisir, en plus ça ne coûte rien.

Écrit par : Roselyne | 10/06/2009

Ici, je fais ça avec toutes les branches que je trouve...mais c'est vrai qu'après 4 ans, faut recommencer!

Écrit par : Miss Canthus | 10/06/2009

Je pense que ça doit en tenter plus d'un (une ? trop "chipotage" pour un homme ?). Si je trouve un noisetier sur mon chemin, qui n'appartient à personne (trop simple !), il ne va pas lui rester grand chose ;-)

Écrit par : Passiflore | 10/06/2009

Moi cela me tente, les chipotages j'adore !!!
Je vais essayer je vous tiens au courant du résultat !!

Écrit par : Xavier | 10/06/2009

Quel boulot en perspective! As-tu prévu un 3/4 temps l'an prochain???

Écrit par : ost | 10/06/2009

J'attends août avec impatience ! Mes noisetiers sont généreux !

Écrit par : Kiki | 10/06/2009

Kiki, bienvenue sur le blog !
Xavier, on a hâte de voir tes réalisations !
Ost, oui les journées sont bien trop courtes !
Roselyne, merci pour tes explications, oui le tout c'est de se lancer !

Écrit par : Carzan | 10/06/2009

Quel article intéressant qui nous permet d'apprendre des choses qui donnent bien envie d'essayer. Merci!

Écrit par : celtikalia | 10/06/2009

très intéressant tout cela, je garde tes infos au cas où.
Merci aussi pour tes infos sur l'estragon, je na sais pas quelle espèce j'ai, on verra s'il tient l'hiver ou non.
Bises

Écrit par : Annick | 11/06/2009

Salut Carzan. C'est très sympa ce petit post, et oui, que d'occupations dans un jardin, mais que de bons moments dans ces visites des blogs. Bonne journée. LOL

Écrit par : la sauvagine | 11/06/2009

Je ne pense pas avoir les branches nécessaires pour effectuer ce joli travail... mais j'ai hâte de voir le tien !!

Écrit par : Babette et Jacques | 11/06/2009

Je ne connaissais pas cette technique... Dommage que je n'ai pas les essences appropriées

Écrit par : Forum jardinage | 11/06/2009

Merci pour toutes ces infos ! J'ai bien envie de m'y essayer... ;o)

Écrit par : Silène | 11/06/2009

Moi, j'aime, beaucoup ! Et c'est vraiment hyper simple à réaliser, il suffit d'avoir le bois à disposition.

Ah, si j'avais du châtaigner à portée de sécateur !

Écrit par : berthille | 12/06/2009

coucou, eh bien voilà un post utile et nécessaire, cela fait des semaines que je ne pense qu'à ça, j'ai vu un reportage à la télé, je l'ai vu à Courson, et maintenant sur les blogs.... je cherchais simplement à savoir s'il fallait utiliser absolument des saules ... maintenant je sais que je vais tenter avec le noisetier qui est absolument énorme et qui aura besoin d'une bonne coupe ce mois d'août.... alors chouette et merci pour toutes ces infos.

Écrit par : domidou | 12/06/2009

Merci pour les explications Carzan!
J'ai un noisettier immense au fonds du jardin, je tenterais bien le coup en septembre....si j'ai le temps...

Chantal

Écrit par : chantal | 13/06/2009

super l'idée, merci beaucoup !

Écrit par : valou | 13/06/2009

chouette, tu vas tenter alors ! RV à l'automne !!!
bizzz

Écrit par : Catssy | 14/06/2009

C'est chouette comme tout les plessis... et ça fait envie... enfin faut-il avoir le matériel sous la main... et la durée de vie est courte par rapport au boulot fourni qd même ! Merci en tout cas de partager ces infos !

Écrit par : Lady Isa | 15/06/2009

bonjour, pourriez-vous me dire ce que c'est que gwen et pourrais-je connaître les dates pour les promenades dans les jardins
merci

Écrit par : melkenbeek | 25/06/2009

bonjour, pourriez-vous me dire ce que c'est que gwen et pourrais-je connaître les dates pour les promenades dans les jardins
merci

Écrit par : melkenbeek | 25/06/2009

bonjour, pourriez-vous me dire ce que c'est que gwen et pourrais-je connaître les dates pour les promenades dans les jardins
merci

Écrit par : melkenbeek | 25/06/2009

Bonjour à tous !
Je suis tombé sur ce sujet en cherchant quelques infos sur le plessis, et en lisant vos réactions, je ne peux m'empêcher de donner un petit conseil, après avoir lu un des posts qui disait "dès que je trouve un noisetier sur mon chemin, il va plus lui rester grand chose !". Je comprends que c'est de l'humour, pas de problème :), mais ça me donne seulement envie de donner mon expérience à ce sujet. Moi aussi, lorsque j'ai fait mes premiers plessis, ou tressage, de noisetier, j'avais envie de couper chaque petite branche ou tige qui me semblait intéressante. Surtout que j'en avais besoin d'une grosse quantité, car ça n'était pas pour faire des barrières, mais des boucliers d'entraînement pour mon groupe de reconstitution historique (les romains utilisaient pour s'entraîner des boucliers rectangulaires d'environ 1m10 de haut, qui étaient simples à raffistoler quand ils avaient pris trop de coups de glaive. Mais je m'égare !) Bref, l'ami qui m'accompagnait m'a très vite expliqué que lorsque je trouvai un beau groupe de jeunes pousses de noisetier, même s'il était facile de tout rativoiser, il était plus sage de ne prélever que quelques pousses, puis d'aller un peu plus loin pour prélever ailleurs, afin de laisser une chance au noisetier de grandir. Alors certes ça fait marcher un peu plus, mais logiquement, lorsque l'on trouve un groupe de jeunes pousses, il y en a beaucoup d'autres autour. Voilà, c'était juste pour brider ceux qui parfois prélèvent en forêt sans réfléchir aux conséquences, en ce disant que la forêt est juste bonne à nous fournir ce dont nous avons besoin, au risque de saccager. Le respect de la nature est le plus important. Mais je ne doute pas que la personne qui a posté ce message humoristique a du respect pour la nature, puisque faire ce genre de plessis, avoir cette démarche, est une preuve de son goût envers la nature. Donc loin de moi l'idée de polémiquer :) Donc je vais moi-même aller ces jours-ci dans les bois environnants pour prélever ce qu'il me faut pour faire des séparations basses dans mon potager. Bonne continuation à toutes et tous ! M.

Écrit par : Mathieu | 24/07/2009

Je ne connaissais pas le tressage de plessis, cela me donne des idées. Moi je tresse le noisetier, mais pour des paniers. A+

Écrit par : bernard | 12/11/2009

Bonjour à vous et merci pour vos commentaires !

Il est vrai que les tressages en coudrier sont moins durables que le châtaignier mais ils tiennent quand-même plus longtemps que trois ans... si on les entretient à l'huile de lin et à la térébenthine. Ce qui les maintient plus longtemps aussi, ce sont les techniques utilisées, le fait de bien tresser les perches de manière compacte... Ils tiennent jusqu'à 5 ans et en forme de palissade jusque 7 ans. Je fais des plessis en saule blanc vitelline qui en sont à leur 4ème année et qui ne bougent pas. Mais il faut savoir que c'est un plaisir voulu que de tresser de manière éphémère... rien de tel pour un jardin en perpétuel mouvement ! On se réinvente son jardin perpétuellement et l'imagination et la créativité en sont les maîtres mots. L'architecture végétale n'en est que plus agréable !!!!
Pour les potagers médiévaux, ce sont des plessis en perches de coudrier, en brins de saule autoclave ou en gaulettes de châtaignier que l'on tresse à environ 60 cm de hauteur.
Une dernière chose, le fait de tresser dans les différents jardins des participants aux ateliers d'architecture végétale de la Maison de la Mehaigne et de l'environnement rural asbl est une vraie rencontre, une réelle inspiration semaine après semaine... Vraiment très chouette ! Venez nous rejoindre dans l'un de nos ateliers ! Le prochain a lieu le 11 décembre de 14 à 17 hrs dans un jardin à Oteppe (Burdinne). On y tresse avec plaisir et dans un esprit d'apprentissage et de bonne humeur et aussi de respect de la nature. Envoyez-moi un mail et je vous donnerai les informations nécessaires. Et merci au Jardin de Carzan qui a écrit cet article que j'ai découvert par hasard peu de temps après les journées portes ouvertes chez Filroses (une pépinière hors du commun) à Orp-le Grand. J'adore tresser le noisetier et le saule et j'aime partager mon savoir et savoir faire sans prétention.

Pierre-Yves

Écrit par : Lenoir Pierre-Yves | 29/11/2009

Bonjour, j'aimerai faire une clôture tressée en chataîgner d'une hauteur de 2 m sur 20 m de long. Où puis-je acheter/trouver des branches de chataîgner?
Un grand merci

Valérie

Écrit par : Lecroart | 16/12/2009

Bonjour,

Vous en trouverez chez Castanea à Anvers qui est l'importateur de la société Hémard et Vignols de Limoges, région de prédilection du châtaignier. C'est donc une palissade de châtaignier que vous souhaitez réaliser. N'oubliez pas de demander des piquets en châtaigniers pour une plus grande longévité. Vous pouvez aussi faire un wattel en saule et en piquets de châtaignier qui tiendra en place 12 ans, ce qui est déjà pas mal ! Il y a une société d'Avers, Ecofence qui réalise sur mesure ce genre de splendeurs naturelles et sans déchets pour l'environnement ! Nous à la Maison de la Mehaigne et de l'environnement rural, nous travaillons le noisetier et le saule. Allez voir nos réalisations sur le site de Filroses en tapant tressage et vous verrez ce que l'on peut réaliser... Je donne des formations en architecture végétale et des ateliers chez les particuliers où l'on réalise des plessis et palissades sur place !
Belles recherches !

Pierre-Yves Lenoir

Écrit par : Lenoir Pierre-Yves | 16/12/2009

Les ateliers de tressage et d'architecture végétale passeront dans l'émission "Au quotidien" de ce vendredi 17 septembre vers 19 heures.
A vos perches de coudriers !

Pierre-yves Lenoir
www.mmer.be

Écrit par : Pierre-Yves Lenoir | 14/09/2010

Bonjour,

Je suis à la recherche de branches de noisetier pour tressage de bordures. Merci de bien vouloir me communiquer des adresses si vous en avez.

Cordialement.

Michel YOBE

Écrit par : YOBE | 23/10/2010

Il n'y a pas vraiment de fournisseurs ni en Belgique ni en France pour le moment mais nous avons un stock mais il est pour nos ateliers d'architecture végétale des vendredis à la MMER asbl www.mmer.be
Vous pouvez peut-être contacter les établissements Leboutte. A retrouver sur le web.
Si vous avez des noisetiers chez vous il suffit de les recéper (tailler à ras du sol) et l'année prochaine vous aurez de belles perches bien droites.
Merci et à bientôt !
Notre prochain atelier de tressage ; 29/10 de 14 à 17 hrs à Ciplet (Braives) et sinon il y a des stages de formation en noisetier et en osier le 5 mars et le 8/9 avril 2011 de 10 à 16 hrs.

Pierre-Yves Lenoir

Écrit par : Pierre-Yves Lenoir | 23/10/2010

Mais c'est bien sûr, décaler le tressage ! c'est simple, mais il fallait le savoir.
Bravo pour ton post et merci à P-Y Lenoir.

Écrit par : monique, jardin en valois | 20/09/2011

Les commentaires sont fermés.